INTERPRÉTATION DES RÊVES et ÉVEIL SPIRITUEL

- spirituellementvotre -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

PERFECTION SPIRITUELLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 PERFECTION SPIRITUELLE le Sam 05 Jan 2013, 23:18

Rappel: study

.../...
La perfection n'est pas de ce monde, seul le "parfait" n'a plus à bouger, et il est donc dans un état mortifère. Ainsi, si nous vivons dans ce monde incarné, nous devons accepter que nous sommes le résultat imparfait de ce que nous avons vécu, de ce que nous avons pensé, et que ces "ombres", ces "pollutions" qui font parties encore de notre vie, sont à mettre en mouvement. Et comme il a été dit plus haut, la lumière est, tout à la fois source de clarté et d’obscurité l’origine d’une sorte de respiration cosmique que nous retrouvons dans l’alternance des jours et des nuits, des battements du cœur et de la dualité de tout ce qui existe. La manifestation nécessite la dualité dynamique. Tout comme la dualité caractérise le métabolisme cosmique, avec ses deux phases inverses de catabolisme et d’anabolisme.

http://spirituellementvotre.forums-actifs.com/t473-science-physique-jacqueline-bousquet-emile-pinel



De Bodhiyuga;


Perfection spirituelle


La perfection spirituelle n’est pas un idéal à atteindre, elle est une dynamique intérieure. Pour être parfait, spirituellement parlant, il n’est donc pas nécessaire d’obtenir un résultat parfait tel qu’il serait déterminé par l’esprit de comparaison et la subjectivité.

La perfection, lorsqu’elle est perçue comme un idéal évolutif vers lequel tendre, peut être utilisée par l’individu identifié à son enfant intérieur blessé, qui y voit un moyen de compenser ses manques. Dans ce cas, se rapprocher de l’idée qu’il se fait de la perfection est pour lui une manière d’améliorer son image de lui-même. Malheureusement, cette démarche étant totalement conditionnelle, son image se détériore si les résultats ne sont pas conformes à ses attentes. En effet, si ses résultats l’éloignent de cet idéal de perfection, il s’expose au risque d’éprouver de la négativité qui se manifestera sous la forme de sentiments de dévalorisation, de culpabilité, de colère, d’impuissance ou de démotivation vis-à-vis de lui-même ou des autres. Ayant peur que ses résultats ne lui permettent pas de se rapprocher de l’idéal de perfection qu’il s’est fixé, et par conséquent d’éprouver ces sentiments négatifs, l’individu va vivre une tension intérieure qui va l’empêcher d’avoir du plaisir pour ce qu’il fait, se sabotant lui-même en limitant son potentiel créateur. Cette peur peut même, dans certains cas, se manifester par une contre-intention qui va le dissuader d’entrer dans l’action. Cela aura pour conséquence de l’enliser dans l’inertie.

Cela étant dit, la perfection, en tant qu’idéal vers lequel tendre, est néanmoins essentielle car c’est elle qui nous incite à rechercher l’harmonie, la beauté, l’équilibre et le "Divin". C’est elle également qui nous pousse à nous dépasser, à grandir et à évoluer. Chercher à atteindre la perfection est une quête synonyme de transcendance. Y tendre n’est donc pas négatif en soi. Par contre, c’est le fait de lui donner le pouvoir de déterminer notre valeur qui s’avère involutif. La véritable valeur ne dépend pas de l’atteinte de la perfection et des formes qu’elle peut prendre suivant les critères de la vie en société : réussir professionnellement, sportivement, être reconnu et estimé, satisfaire aux exigences de la morale, correspondre aux standards en matière de performance, etc. La vraie perfection est celle de l’Âme-Lumière. Aucun esprit de comparaison ou norme mentale ne peut définir la perfection de l’Âme-Lumière. Elle EST, tout simplement. Etant en Unité avec toutes formes de vie, elle n’est ni "pire" ni "meilleure", ni "juste" ni "fausse". Elle incarne la perfection par le seul fait d’être la Lumière.

L’être humain étant la Lumière individualisée (bien avant d’être un ensemble de croyances et de mémoires auxquelles il s’identifie avant d’en avoir pris conscience), la perfection est indissociable du cœur de son incarnation. Pour incarner cette perfection, il ne s’agit donc pas de faire, d’obtenir ou d’atteindre quelque chose sur le plan de la forme, il s’agit d’ÊTRE, tout simplement. Cette perfection spirituelle est DÉJÀ là, à chaque instant ! Elle peut être incarnée en cumulant en soi-même cinq conditions bien précises. Les voici détaillées :

1. Vouloir faire de son mieux, en se basant sur l’image mentale que vous vous faites de la perfection. Il s’agit de tendre vers elle. Autrement dit, aspirer au résultat le plus parfait possible, même si l’idée que vous en avez est forcément subjective. Il s’agit d’avoir un objectif à l’horizon qui mobilise la volonté de passer à l’action. Plutôt que de placer la barre trop haut, il est judicieux de se fixer un objectif qu’il est possible d’atteindre conformément aux capacités personnelles. Etablir un objectif selon des critères normatifs et comparatifs où la perfection serait celle du "meilleur en la matière" ne peut que vous compliquer la tâche car la nature inférieure aura tôt fait de vous dissuader de passer à l’action.
2. Entrer dans l’effort afin que la volonté puisse se déterminer à une action. Malgré toute la bonne volonté que l’on peut avoir, celle-ci ne sert strictement à rien si elle n’est pas suivie de l’effort pour se rapprocher de la destination que représente l’objectif. Grâce à l’effort, la volonté devient "force volitive". L’effort est une action par laquelle la volonté se détermine à quelque chose. Il ne faut pas seulement considérer l’effort comme une dépense d’énergie physique, mais surtout comme un déploiement d’énergie psychique : une orientation consciente et maîtrisée des pensées et des émotions. Plus il y a production d’efforts, plus l’inertie négative perd de sa force. Ainsi, il y a libération des chaînes qui relient à la nature inférieure n’ayant d’autres intérêts que de freiner l’Âme dans son évolution. En cultivant le sens de l’effort, une dynamique du sur-effort se crée, au travers de laquelle l’individualité peut faire l’expérience de la fluidité et du plaisir dans l’effort.
3. Être sincère dans la volonté et l’effort. Être sincère, c’est agir au plus près de ce qui semble "juste" pour soi ; c’est être en accord avec soi-même. Il faut s’investir corps et âme dans le pas qui est fait et qui rapproche l’individu de la réalisation (ou non) de son objectif, mais sans pressions excessives.
4. Être détaché du résultat. C’est le point le plus important, et le plus difficile à appliquer sans doute. Il s’agit de se maintenir dans un état d’acceptation inconditionnelle de la réalité telle qu’elle est. De cette manière, même si le résultat n’est pas conforme aux attentes, il n’est pas en mesure de conditionner l’état d’esprit. Que la pratique permette d’obtenir un résultat probant ou pas ne doit en rien conditionner l’image de soi et la satisfaction personnelle. Ces deux aspects ne devraient pas dépendre de l’atteinte de l’objectif, ni même de l’application correcte de ces cinq conditions (ce qui serait un attachement au résultat). Le détachement du résultat signifie que la conscience de veille est totalement focalisée sur ce qui doit être fait pour atteindre le résultat. Comparer ce qui est fait dans l’instant présent avec l’idéal de perfection qui devrait être incarné au moment de l’action ne peut que générer des tensions intérieures et une irrésistible envie de passer à autre chose. C’est d’ailleurs sur ce genre de mécanismes que s’appuie la nature inférieure pour faire dévier la personnalité de l’idéal évolutif de l’Âme. Le détachement est synonyme de lâcher-prise. Être détaché du résultat, c’est être également désidentifié des facettes de l’enfant intérieur blessé qui voit en le résultat la perspective d’une compensation de ses manques. En lâchant prise, l’individu cherche avant tout en lui-même ce dont il a besoin pour se sentir "nourri", entier, dans sa plénitude intérieure. Être détaché du résultat, c’est agir pour la seule satisfaction de faire ce qui doit être fait selon le Plan Divin. C’est un renoncement aux faux besoins.
5. Être joyeux sans raison. Cultiver en soi-même la joie en tant que cause. En tant que la Lumière en mouvement, l’individualité incarne tous ses aspects : la paix, la joie, la confiance, le courage, la force, la compassion, l’Amour, etc. Cette joie procure l’énergie émotionnelle qui aide à transcender les élans de la nature inférieure souhaitant maintenir l’incarnation dans l’inertie, la peur et les doutes.

La mise en application de ces cinq conditions est l’arme ultime pour vaincre l’inertie et le perfectionnisme involutifs. A chaque fois que cette dynamique intérieure est incarnée, les sillons d’inconscience sont abandonnés et de nouveaux circuits neuronaux sont créés. Les anciens sillons n’étant plus empruntés, il y a libération progressive de la force de conditionnement du karma résiduel. En cela, il est toujours préférable de créer de nouvelles façons d’agir plutôt que de lutter contre d’anciens schémas de fonctionnement. Ce à quoi on s'oppose résiste et se renforce... !

Qu’il s’agisse de votre pratique spirituelle, des exercices proposés dans cet ouvrage ou de quelque autre activité de la vie de tous les jours, efforcez-vous d’appliquer ces cinq conditions. Bien entendu, il ne s’agit pas tant de les appliquer à la perfection (tel que le mental la détermine), mais de les appliquer les unes par rapport aux autres. La perfection spirituelle s’applique aussi pour l’atteinte de la... perfection spirituelle. A lui seul, ce positionnement intérieur est une voie de réalisation spirituelle. Ce qui est entreprit dans l'instant importe peu en fin de compte, car c'est le positionnement intérieur qui fait toute la différence.



Voir le profil de l'utilisateur

2 PERFECTION SPIRITUELLE le Mer 02 Oct 2013, 00:44

Coucou Beliza!!!! ça fait bien longtemps....
j'espere que tu te portes comme un charme Wink


mon message à pour but de te remercier dans ta volonté de partager toutes ses, toutes tes vérités.

merci de mettre de mots là où nous avons des maux (...) !

cela m'appartient de le dire, mais ce ke tu dis est tellement juste que je ne pouvais le garder pour moi.

Tu es trop forte et grace à toi j'ai envie de me "reconnecter au divin".

Plein d'ondes positives Béliza et merci encore pour ce site où tu passes ton temps à partager pour notre évolution.

AMEN :)

Sarah

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum