INTERPRÉTATION DES RÊVES et ÉVEIL SPIRITUEL

- spirituellementvotre -


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

MUSS ES SEIN du très grand Léo FERRE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 MUSS ES SEIN du très grand Léo FERRE. le Dim 24 Juil 2011, 11:02

http://www.youtube.com/watch?v=VctchbQoyXo

Traduction ésotérique de MUSS ES SEIN !


Voila le texte de l'ami poète vitupérant, ancré inoubliable.
Ceux qui n'auront su comprendre les mots, sauront les lire ici :

Muss es sein ? Es muss sein ! (Cela EST - Houzé. (3 fois)
La Musique... La Musique...
Où elle était la Musique ? (celle des sphères, d' où nous venons).
Dans les salons lustrés aux lustres vénérés ?( Ceux des Temples de 'vénérables Loges' bien décorés)
Dans les concerts secrets aux secrets crinolines ? (sous le boisseau 'à couvert')
Dans les temps reculés aux reculs empaffés ? (se disant, se prétendant initiés),
Dans les palais conquis aux conquêtes câlines ? (les lieux de Pouvoir obtenus, par 'coquineries plurielles)
C'est là qu'elle se pâme c'est là qu'elle se terre la Musique (Endroits/clubs clos pour 'Initiés')
Non c'est dans la rue qu'on la veut la Musique ! (sans iniation, mais partageant la vie)
Et elle y viendra !
Et nous l'aurons la Musique ! (la vraie, la vivante, pas celle frelatée, instillée, ou prétentieuse)

MUSS ES SEIN ? ES MUSS SEIN ! (Houzé.... etc)....

Depuis voilà bientôt trente ans (le nombre est ici important)
Depuis voilà bientôt dix jours (itoo)
Depuis voilà bientôt ta gorge (le Verbe/logos/homme)
Depuis voilà bientôt ta source (lumière christique 'Ineffable')
Depuis que je traîne ma course ( ce chemin de vie actuel)
Au creux des nuits comme un forçat (dans cette caverne sans Foi)
A patibuler mon écorce (à travailler ma pierre V.I.T.R.I.O.L.)

MUSS ES SEIN ? ES MUSS SEIN !

Je suis un arbre non daté, (un vivant revenant, tour après tour)
Depuis que je bois à ma porte, (que j'ai compris mon origine pure)
Et que de l'enfer tu m'apportes, (que de l'obscurité tu me sors)
De quoi trancher sur l'avenir, (pour me montrer le chemin/la voie)
Depuis que rien ne se dévore, (que j'ai compris qu'il ne faut rien "manger", rien prouver, mais grandir)
A part les ombres sur le mur, (à part ce que je crois voir et interprète faussement)
Depuis que tu me sers encore, (que tu me montres clairement)
La défaite sur canapé (je comprends psychanalytiquement ce qu'il convient que je fasse)

MUSS ES SEIN ? ES MUSS SEIN ! (Houzé)

Une araignée m'a dit " bonsoir ", (araignée, épiphanie lunaire, tissant nos progrès, tour après tour)
Elle se traînait au crépuscule, (à l'automne de la vie, la Sagesse devenue)
Depuis que mon âme bascule (depuis que je me sens partir)
Vers des pays plus mécaniques (des lieux incontrôlables, programmés par l'univers)
Depuis que gavé de musique ( après avoir tout écouté)
Je vais porter ma gueule ailleurs ( Enfinparler, chanter + haut)-
Sans plus ni cri ni haine (plus de nécessité de prouver, puis se battre)
Une araignée m'a dit d'ailleurs
Le tout c'est d'avoir la pratique" (c'est de savoir ce pourquoi nous revenons)

MUSS ES SEIN ? ES MUSS SEIN
!

Ludwig ! Ludwig ! T'es sourdingue ? (m'entends-tu, me comprends-tu) ?
T'es-tu rendu compte à présent ? (sais-tu enfin maintenant, là où tu es) ?
Ludwig la Joie, Ludwig la Paix, ( C'est toi, ton oeuvre qui avaient raison , es-tu quiet la-haut)?
Ludwig ! L'orthographe c'est con ! (Les sons ne sont que vibratroires et là-haut pas d'orthographe pour comprendre l'indicible).
Et puis c'est d'un très haut panache (C'est au delà de nous pauvres humains)
Et ton vin rouge a fait des taches (Le sang et le sens de ton écriture fit des petits)
Sur ta portée des contrebasses (les contrebasses, comme toutes les cordes, parlent de l'âme et non du corps - la contrebasse - c'est le son ventral bas, sourdine de celle-ci, on l'appelle généralement "La Grand'Mère")
Ludwig ! Réponds ! T'es sourdingue ma parole ! (Entends-tu ma plainte, ma question, là où tu es) ?

MUSS ES SEIN ? ES MUSS SEIN !

Cela doit-il être ? Cela est !( sans commentaire, ni adjectif possible, c'est ETRE, telle l'E v i d e n c e)

La Musique... La Musique...
Où est-elle aujourd'hui ? (Où est la [i]spiritualité, où est ce chant ineffable
)
La Musique se meurt Madame ! (Madame est ici la Vie, la terre ne percevant plus l'autre monde, celui dont nous venons)
Penses-tu ! La Musique ?

Tu la trouves à Polytechnique (comptée, calculée, nomlbrée, comptable, mathématiques)
Entre deux équations, ma chère ! (musique expérimentale)
Avec Boulez dans sa boutique ( dans ses recherches, sans sphères)
Un ministre à la boutonnière ( décorations et honneurs de pacotille),

Dans la rue la Musique !
Music ? in the street !
La Musica ? nouvelle strade ! (Musica, comme Rosa Mystica - Rose mystique -)
Beethoven strasse ! (la venue de Ludwig vers le nues)

MUSS ES SEIN ? ES MUSS SEIN
!
Cela doit-il être ? Cela est !

En scène il hurlait, tournant le dos aux spectateurs, il partait criant "MANUEL" (3 fois) degré final de la R+C (autrement dit "Christ")....

L'écouter et savoir ce qu'il nous dit. Pure merveille et comprendre le POURQUOI de l'orchestre symphonique

Dans ce texte, maints symboles. Arbre, sphère, lumière, boisseau, spiritualité, le Dieu de 'cercles d'Initiés', etc etc.
Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum